Cinq dernières idées reçues sur l’hypnose à oublier absolument !

Après les cinq premières idées reçues sur l’hypnose que j’ai démystifiées dans mon dernier article, il était important d’en finir avec cinq autres idées reçues. Ceci afin que vous ayez une image plus exacte de cette formidable technique de transformation personnelle et que vous puissiez en bénéficier sans ces dix préjugés souvent à l’origine des réticences à utiliser l’hypnose et l’autohypnose.

Une fois que vous aurez pris conscience que ces cinq idées sont aussi fausses que les cinq précédentes, votre esprit sera suffisamment libre pour utiliser des techniques d’autohypnose de façon rapidement efficace !

Sixième idée reçue : Sous hypnose, on peut obliger quelqu’un à agir contre sa volonté.

C’est la crainte la plus répandue, qui, souvent, détourne les gens de l’hypnothérapie, voire freine, – consciemment ou inconsciemment – l’induction hypnotique ou l’efficacité d’une séance.

Cette crainte infondée décourage souvent les gens d’employer cette pratique de développement personnel pour se débarrasser par eux-mêmes de lerus problèmes ou d’exaucer leurs désirs les plus profonds.

En vérité, comme je l’ai déjà dit dans l’article « En finir avec 5 idées reçues sur l’hypnose », une séance d’hypnose ou d’autohypnose ne peut réussir que si la personne est volontaire.

Même plongée dans en état hypnotique profond, une personne ne dira pas ou ne fera pas quelque chose qui va à l’encontre de sa morale ou ses idées.

Si cela arrive, ce n’est que le révélateur de ses désirs refoulés, ignorés par le conscient de la personne hypnotisée. C’est aussi une question d’éthique que de ne pas essayer de provoquer chez des sujets des comportements qu’ils réprouveraient à l’état de veille. Il y a aussi une raison thérapeutique à cela : une suggestion ne peut donner des résultats que si elle est volontairement acceptée.

Septième idée reçue : Il est plus facile d’hypnotiser des femmes.

Encore un préjugé à écarter. Il y a autant de personnes hypnotisables dans les deux sexes. Cette idée fausse provient d’une croyance ancienne et répandue qui voudrait que les femmes soient plus sensibles, voire plus faibles, que les hommes. Ce n’est pas pour rien que l’on parle, souvent encore, du sexe faible pour désigner les femmes en comparaison du sexe fort que représenteraient les hommes !

Il y a aussi une raison médicale qui date de l’époque du professeur Jean-Martin Charcot (1825 – 1893), un des pionniers de l’hypnose médicale. Ce professeur de neurologie assimilait, en effet, l’hypnose à une forme d’hystérie, maladie alors très répandue chez les jeunes femmes, d’où la confusion et l’origine du préjugé de la plus grande suggestibilité féminine !

Huitième idée reçue : Seules les personnes faibles sont hypnotisables !

Ce n’est pas vrai. Tout le monde peut être hypnotisé à condition d’être volontaire pour une séance d’hypnose ou d’autohypnose, d’avoir un intérêt à le faire et d’obéir à toutes les instructions de l’opérateur, que ce soit celles d’un intervenant extérieur ou de la personne elle-même dans le cas de l’autohypnose.

Il apparaît, d’ailleurs, que les personnes qui sont les plus facilement hypnotisables sont souvent intelligentes, volontaires et dotées d’une grande force de caractère ! Ceci contrairement à l’idée reçue voulant qu’on ne puisse hypnotiser que des personnalités psychologiquement fragiles ou n’ayant pas une grande personnalité.

Ce qui peut varier, en revanche, c’est le degré d’hypnotisabilité. Certaines personnes ne pourront connaître qu’un état d’hypnose léger, d’autres un niveau intermédiaire ou moyen et certaines une transe profonde.

Cette affirmation est encore à moduler car, avec le temps, un sujet qui, dans un premier temps, ne connaissait qu’un état d’hypnose léger peut expérimenter progressivement les degrés plus élevés de l’échelle hypnotique.

Il peut y avoir des résistances du sujet : préjugés, blocages inconscients, parfois même, une trop forte envie de se faire hypnotiser conduit à l’effet contraire ! Les mystères de l’esprit humain…

Il est un fait cependant que les personnes s’étant débarrassées des préjugés faux couramment répandus sur l’hypnose, qui plus est, s’ils ont pu en ressentir les effets bénéfiques, peuvent alors se relâcher et expérimenter les phases de transe hypnotique les plus profondes mais, aussi, les plus efficaces pour tirer tous les avantages de l’hypnose ou de l’autohypnose.

Neuvième idée reçue : On ne peut pas sortir par soi-même d’un état hypnotique.

Cette opinion est encore le reflet de la peur inconsidérée du grand public vis-à-vis de l’hypnose. S’il arrivait que l’opérateur oublie de sortir le sujet de sa transe hypnotique, celui-ci finirait par retrouver, forcément, son état de conscience ordinaire au bout d’un certain temps. Au cours d’une séance, la personne hypnotisée peut aussi littéralement s’endormir. De même, elle se réveillera ensuite comme après une bonne nuit de repos, souvent plus reposée et plus dynamique qu’après une simple nuit de sommeil ordinaire !

Il est néanmoins recommandé de ne pas « oublier » son sujet en cours de route, car son état d’esprit au réveil dépendra des suggestions induites avant votre oubli. S’il s’agit de simples formules de relaxation, aucun problème mais si vous l’avez laissé partir après une induction incomplète, cela risque de ne pas l’aider à résoudre son problème ou d’atteindre ses objectifs.

Ces constatations sont aussi vraies dans le cas d’une séance d’autohypnose. Si vous vous hypnotisez vous-même, n’ayez pas peur de rester bloqué(e) dans l’état de transe hypnotique.

Vous reviendrez rapidement à votre état de conscience ordinaire car, rappelez-vous que, si vous êtes dans une transe hypnotique, vous n’êtes pas isolé(e) du monde extérieur et vous pouvez décider, à tout moment, de sortir de votre état autohypnotique.

Dixième idée reçue : Il y a des dangers à la pratique de l’hypnose.

Si vous êtes suffisamment appliqué(e) et constant(e) dans l’application de mes conseils pour utiliser l’autohypnose au quotidien ou vous former à son initiation, il n’y a aucun risque à craindre.

L’enseignement et l’entraînement fournis vous amèneront, en douceur, à une maîtrise des principales techniques hypnotiques et autohypnotiques

Chaque séance, correctement maîtrisée, même si dans un premier temps elle ne donne le résultat espéré, vous laissera au minimum dans un état de relaxation qui ne peut qu’être bénéfique.

En effet, vous remarquerez que la plupart de nos maux viennent du mauvais stress et des tensions nerveuses imposées par notre rythme de vie et par les soucis et les problèmes actuels ou futurs. Si vous arrivez à atténuer ou à résoudre vos blocages et/ou la pression que vous vous imposez ou qu’on exerce sur vous, ce sera déjà un grand pas en avant !

Si vous désirez utiliser des techniques d’autohypnose ou vous initier à cette puissance méthode de développement personnel et de résolution de vos problèmes, notamment si vous débutez, il est cependant recommandé de ne pas essayer de prendre en charge les psychoses, les maladies graves ou les troubles mentaux profonds.

De même, évitez de traiter des sujets ayant des problèmes de coeur (je parle du muscle cardiaque bien sûr !) ou d’utiliser des techniques modifiant leur rythme cardiaque.

Les personnes sujettes aux crises de tétanie et à la spasmophilie sont aussi à mettre sur cette liste rouge. La pratique de techniques d’hyperventilation (inspirations et expirations courtes effectuées sur un rythme rapide) risque de provoquer chez elles des vertiges et des réactions incontrôlables.

Pour résumer, aborder de préférence en autohypnose, les problèmes psychologiques (peurs, craintes, angoisses, blocages émotionnels…) ou des problèmes physiques ayant une cause psychologique caché comme c’est souvent le cas par exemple pour les personnes qui veulent perdre du poids, arrêter de fumer ou se débarrasser de maladies psychosomatiques.

Pour vous aider :


Présentation audio de ce livre


N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis ! Ils vous en remercieront !

Revenez régulièrement sur mon site afin de bénéficier d’autres techniques et conseils pratiques pour changer ce qui ne vous plaît pas chez vous, arriver à la satisfaction de vos désirs et avoir plus d’agent, d’amour et de chance !

Changez mais restez vous-même !

Philippe Kerforne
Partagez sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire