Le premier des conseils à respecter pour bien faire l’amour !

Il existe tant de conseils pour savoir comme bien faire l’amour à son partenaire mais aussi tant d’idées reçues à ce sujet que, souvent, les relations sexuelles s’avèrent décevantes aussi bien pour les hommes que pour les femmes !

Si, effectivement, les hommes font souvent l’amour avec une connaissance très relative de la physiologie et de la psychologie féminine ; beaucoup de femmes, de leur côté, n’osent pas dire ce qu’elles aiment aux hommes ou simulent l’orgasme pour ne pas les décevoir ou… en finir plus rapidement avec un rapport qui ne leur convient pas ou qui leur fait mal !

Voici le premier article d’une série d’articles qui a l’humble prétention de faire accéder les hommes et les femmes à une meilleure connaissance sexuelle réciproque, à arriver à mieux faire l’amour et à donner autant de plaisir à leur partenaire qu’ils veulent en éprouver !

Que ceux qui aiment les personnes du même sexe me pardonnent mais je suis hétérosexuel et je ne connais que les pratiques entre hommes et femmes. Je pense, cependant, que même les homosexuels et les lesbiennes peuvent aussi apprendre beaucoup de cette série d’articles.

Commencez à bien faire l’amour… avant de faire l’amour !

La base d’une relation sexuelle réussie, de même que pour bien faire l’amour, est d’établir avec son partenaire potentiel ou régulier une bonne communication !

Cependant une bonne communication entre deux partenaires, potentiels ou réguliers, peut être difficile aussi bien pour les hommes que pour les femmes car souvent les relations sexuelles et la façon de faire l’amour sont fondées sur des idées préconçues et des préjugés qui peuvent saboter des relations sexuelles.

Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas parce que je suis un homme que je vais tomber à bras raccourcis sur les femmes. Les hommes vont aussi trinquer.

Commençons donc par ces messieurs et je m’inclus dans les critiques car j’ai aussi été victime de préjugés de façon consciente ou inconsciente.

Il fut un temps où les hommes ne parlaient pas de sexe avant de faire l’amour. D’une part parce que beaucoup d’entre eux pensaient, à tort, tout savoir sur le sexe et étaient persuadés de faire l’amour comme des dieux.

Or, au vu de l’absence d’information publiques dans ce domaine et du tabou que le sexe représentait dans les familles, il y a encore peu de temps, les hommes (comme les femmes) avaient très peu de données concrètes sur le sexe en général et comment bien faire l’amour en particulier.

Comment faire l’amour à l’aveuglette !

Ainsi, la gent masculine dans son ensemble (les jeunes et les moins jeunes), moi y compris pendant longtemps, se base sur les expériences des copains (réelles ou fantasmées), sur les magazines ou sur les films érotiques et pornographiques. Ceux-ci, malheureusement, souvent les confortent dans leur rôle de mâle dominateur et dans les préjugés considérant souvent la femme comme un objet.

En effet, sans vouloir exonérer les hommes de tout reproche, regardez la façon dont les femmes sont traitées dans les films pornographiques. Elles y sont souvent soumises, au sens propre et figuré, comme des objets au service du désir masculin.

Au vu de la « culture pornographique » actuelle, en tant qu’homme, on ne peut que continuer à se servir des femmes pour assouvir son propre plaisir sans penser à la faire jouir ou lui donner du plaisir ! Merci les films pornos : les hommes ne vous disent pas Merci !

Il ne faut pas s’étonner avec le déferlement d’images et de films pornographiques depuis des décennies que les hommes aient une image déformée de la sexualité féminine et ne cherchent qu’à assouvir leurs penchants.

Des jeunes en perdition !

Et la tendance ne semble pas prête à s’inverser car les jeunes hommes, les adolescents, voire même les enfants regardent à présent sur leurs téléphones mobiles des films pornographiques ou regardent des clips de musiques souvent violents où les femmes sont représentées par des jeunes filles super sexy, des bombes atomiques qui ne font que remuer les fesses et exhiber de grosses poitrines en dansant de façon lascive et sensuelle.

Si effectivement, il y a plus de moyens, à présent, d’avoir des informations sur le sexe et la sexualité, la source essentielle d’information sexuelle est l’industrie pornographique qui véhicule aussi des idées fausses sur le sexe.

Or, les adolescents y puisent leur « éducation sexuelle » et reproduisent, aussi, sans le savoir des stéréotypes sexuels tirées de films X en particulier dans lesquels les femmes sont souvent les esclaves des désirs sexuels masculins.

Ce n’est pas comme cela que l’on va redresser la situation et faire que les jeunes deviennent de meilleurs amants, aient une meilleure image de la femme et sachent mieux bien faire l’amour que les générations précédentes !

Il est facile, dans ces contions, pour les femmes et les féministes, en particulier, de tomber à bras raccourcis sur les hommes en les traitant de salauds, de porcs, de les montrer du doigt… et de les condamner de façon globale !

Il existe, certes, des hommes se conduisant mal avec les femmes, souvent de façon inconsciente car ils fonctionnent encore sur des préjugés qui n’ont souvent plus lieu d’être mais il est trop facile de les mettre tous dans le même panier et de les considérer tous comme des porcs !

Mesdames les féministes, il est louable que vous vouliez que les hommes traitent mieux les femmes mais au lieu de les désigner de façon globale à la vindicte populaire en les faisant passer tous pour des salauds, vous devriez vous attaquer plus souvent aux ravages causés par l’industrie pornographique !

A vous mesdames ! Conseils pour bien faire l’amour !

Si les hommes ne sont pas certes, exempts de toute critique quant à leur rapports (sans jeu de mots) avec les représentantes de la gente féminine, il serait aussi angélique et abusif de croire, ou de faire croire, que les femmes sont exemptes de tout reproche et des déesses de l’amour !

J’ai fait une recherche pour écrire cet article auprès de plusieurs femmes (et pas toujours en ayant des rapports sexuels avec elle) et j’ai lu un certain nombre d’articles sur le sujet dans la presse féminine, aussi bien papier qu’en ligne et j’en suis resté souvent stupéfait !

En effet, si vous avez le temps, allez par curiosité lire les articles consacrés aux relations sexuelles entre les femmes et les hommes mais c’est à tomber par terre d’effroi et de stupidité . En résumé la presse féminine cultive souvent un racisme anti-homme pour vendre leur journal ou leur magazine dans les kiosques ou en ligne, sur Internet.

Je pense, même, que par leurs écrits anti-homme, elles font autant de mal aux relations hommes-femmes que les magazines et films pornographiques.

A l’inverse des films pornographiques où l’Homme est déifié, dans les médias féminins, on assiste à un coup de balancier dans l’autre sens : l’homme y est souvent diabolisé !

Les femmes y sont représentées comme de pauvres proies sans défense qui seraient les pauvres victimes de la brutalité sexuelle d’épaisses brutes aux mœurs forcément bestiales !

Si vous lisez la plupart des papiers d’ailleurs quasiment tous, disons à 99,99% tous écrits par des femmes, les hommes sont des abrutis et des bêtes qui ne cherchent qu’à assouvir leur plaisir sans se préoccuper de celui de leur(s) partenaire(s). Ensuite, quand ils ont éjaculé, après avoir accompli des prouesses sexuelles de niveau olympique, ils s’endorment ou fument une cigarette en lançant d’un air satisfait à la femme , la fameuse réplique (ou une variante) : « Alors, heureuse ! ». De plus, les acteurs de film hard hyper musclés paraissent, souvent, imbus de leur personne ayant l’assurance d’avoir forcément réussi à bien faire l’amour à leur partenaire !

Cette vision est, je l’avoue, un peu caricatural mais vous ne la trouverez pas si exagérée que cela si vous lisez une partie de la presse féminine !

C’est bien de vouloir vendre du papier mais ce n’est pas, pour cela, qu’on doit raconter des mensonges, prendre ou faire passer TOUS les hommes pour des pourris et considérer toutes les femmes comme de pauvres victimes !

A bas les bûches !

Désolé mesdames, mais si tous les hommes ne sont pas tous des amoureux sublimes et romantiques, ils en ont souvent autant à votre service.

Re-désolé, mesdames ! Mais au vu de mes multiples expériences durant les quatre dernières décennies, et de tous les récits de nombreux hommes, on ne peut pas, non plus, dire que les femmes soient toutes des amantes divines et sublimes, faisant monter leur partenaire au septième ciel, sur les sommets de la jouisance… et, souvent, loin s’en faut !

En tant qu’hommes, on rencontre plus de femmes passives (que j’appelle des bûches) que de bombes sexuelles qui vous font tourner la tête… et le reste !

Les femmes sont, certes, souvent aptes à se mettre en valeur avant une relation sexuelle, par leur art de s’apprêter et de se mettre en valeur par leur tenue (sous-vêtements sexy et vêtements séduisants), leur maquillage, leur parfum ennivrant… ! Cependant, une fois en action, dans un lit, les hommes tombent souvent de haut et souvent sur des bûches !

En effet, les femmes sont souvent passives, laissent l’homme prendre les choses en mains (sans jeu de mots) et ne sont pas, la plupart du temps des expertes en sexe ni en connaissance du corps masculin (tout comme on reproche aux hommes de ne pas connaître les zones érogènes du corps féminin).

Il ne suffit pas de se mettre sur le dos, d’écarter les jambes, de se laisser embrasser sur la bouche et ailleurs ! Puis de se laisser pénétrer en attendant que l’homme vous fasse jouir pour bien faire l’amour !

Plaidoyer pour une bonne fellation !

Comme vous l’avez remarqué, je n’ai pas parlé de la fellation car peu de femmes en sont expertes. Elles se contentent, souvent, de sucer le sexe d’un homme quelques minutes avant de passer à la pénétration. Et je ne parle pas de celles qui refusent la fellation car la jugeant dégradante pour la femme.

Que ceux qui ont connu beaucoup de femmes vraiment expertes de la fellation lèvent la main (ou laissent un commentaire !) Pour ma part, en 40 ans, je compte les bonnes fellatrices sur les doigts d’une seule main !

Certes, je comprends que lorsque l’homme n’a pas une hygiène parfaite et que son pénis sente mauvais ou l’urine, ce ne soit pas vraiment agréable de prendre un sexe dans la bouche pour une femme mais ces cas sont en régression.

Les hommes, et moi le premier, sont de plus en plus conscients de l’importance d’une bonne hygiène corporelle et se lavent majoritairement le pénis avant de faire l’amour.

Je demande à ceux qui ne comprennent pas l’importance d’avoir un pénis propre de sentir le leur immédiatement, à la fin de la journée ou après avoir été aux toilettes sans se laver. Pitié pour les femmes et c’est aussi votre intérêt si vous aimez que la femme vous fasse jouir et ne se détourne pas d’un air dégouté de votre précieux pénis !

Si vous le sentez et que vous n’êtes pas écoeuré par cette odeur infecte, arrêtez immédiatement de lire cet article… mais ne vous étonnez pas la prochaine fois qu’une femme refusera de vous accorder ce plaisir auquel nous sommes si sensible tant une fellation bien faire peut procurer de jouissance (parfois autant, sinon plus que l’acte sexuel surtout s’il est accompli avec une bûche !)

A la décharge des hommes (sans jeu de mots), je dirai que certaines femmes n’ont pas, non plus, toujours une hygiène parfaite et qu’un vagin sale ou mal lavé le dispute, au point de vue odeur dégoûtante, à un pénis négligé !

La morale de cette histoire pour bien faire l’amour !

Il ne vous aura pas échapper que je charge autant les hommes que les femmes dans cet article sur « Le Premier des Conseils pour Bien Faire l’Amour ! » Ceux ou celles qui pensent le contraire ferait bien de relire mes propos attentivement.

Je suis un homme certes qui écrit sur le sujet de la sexualité mais, si vous lisez cet article avec un esprit ouvert, vous aurez remarqué que je n’épargne pas les hommes (moi y compris). Je ne vois cependant pas pourquoi je devrai me joindre à la meute et vouloir déchirer les hommes à pleines dents et/ou faire passer les femmes pour de pauvres victimes de ces brutes bestiales.

Il y a des hommes corrects et des hommes discourtois mais aussi des femmes sensibles mais aussi des femmes bûches.

Je dirai, au passage, qu’à leur décharge (décidément, j’aime bien ce jeu de mot), beaucoup de celles-ci ont souffert ou souffrent encore d’un déficit d’informations sur la façon de bien faire l’amour à un homme !

Tous comme pour les hommes, ni l’éducation familiale, ni l’éducation sexuelle actuelle, ni les images dégradantes de la femme véhiculées par la pornographie ou la presse féminine… ne les aident à avoir une vision juste de la façon d’avoir des relations sexuelles satisfaisantes.

Tout comme pour les hommes, les femmes se basent, souvent, sur les récits (réels ou imaginaires) avec les amies, des idées reçues assimilées au cours de leur vie, voire à une image, conscient ou inconsciente, qui veut que l’homme doit mener les débats. (Je ne vous donnerai pas le nombre de femmes, même des féministes, qui ont encore cette image dominatrice de l’homme en meneur des ébats !)

En arrivant à la fin de cet article, vous pourriez vous demander et me demander à juste titre : « Mais, quel est ce premier conseil pour bien faire l’amour ? » !!

Ce Premier conseil est que pour bien faire l’amour… aussi bien pour les femmes que pour les hommes, il est important d’améliorer la communication avant, pendant et après une relation sexuelle.

Ce sera d’ailleurs le sujet de mon prochain article : « Comment améliorer la communication pour bien faire l’amour ! »

En attendant celui-ci, je vous conseillerai de lire l’article 7 erreurs à éviter ABSOLUMENT aux HOMMES en faisant l’AMOUR 

Alors, je dis à bientôt dans mon prochain article !

Changez mais restez vous-même !

Philippe Kerforne

PS1 : Partagez cet article car il peut aider de nombreuses personnes qui souffrent de mauvaises relations sexuelles voire amoureuses, à cause des tas d’idées préconçues qui circulent encore dans de domaine !

PS2 : Vous pouvez aussi vous inscrire aux notifications dans la petite fenêtre qui s’ouvre quand vous arrivez sur mon site.

PS3 : Vous pouvez même partager cet article si vous ne l’aimez pas ou si vous n’êtes pas d’accord, même avec des féministes ou des femmes journalistes de la presse féminine car comme disait Léon Zitrone (journaliste de télévision décédé) : « Parlez de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ». Ceci d’autant plus que j’aime la contradiction mais respectueuse et non injurieuse. Et que je suis toujours prêt à changer d’avis si on me prouve que j’ai tort !

Partagez sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire